Escapade à JERSEY pour 32 élèves de Terminale Maintenance

Accompagnés de leurs professeurs d’anglais et d’Histoire géographie, les élèves ont pu découvrir l’île anglo-normande Jersey pendant 2 jours. Au programme:

  • Circuit découverte de l’île en bus avec un guide expliquant l’histoire et l’évolution de Jersey: langues, monnaie, culture, agriculture, économie, paysages…

  • The Pallot Steam, Motor & General Museum

En lien avec la filière professionnelle des élèves, ce musée retrace l’évolution du machinisme agricole, de l’automobile et autres moyens de locomotion (locomotive à vapeur …etc).

  • Mont Orgueil Castle

Visite du château et des fortifications (bâtis pour protéger la côte Est de l’île depuis le 13ème siècle) sous la forme d’une chasse au trésor. 

  • Jersey War Tunnels
  • Visite des tunnels et de l’Hôpital souterrain construits sous l’occupation allemande par les prisonniers de guerre pour comprendre la vie des îliens et l’évolution du conflit de 1940 à la libération en juillet 1945… Dotés d’un questionnaire en anglais à compléter tout au long de la visite, les élèves ont brillamment réussi l’exerce en équipe.

  • Visite de la capitale St Hélier

Ce fut l’occasion de faire un peu de shopping et de mettre les élèves en situation authentique d’achat en boutique (usage de la langue et de la monnaie britannique). Ce temps en autonomie leur aura également permis de s’orienter et se repérer dans une ville inconnue.

Liberation square

  • Ce projet visait les objectifs suivants:

  • découvrir une île anglo-normande: langue, monnaie, culture, agriculture, économie, paysages
  • étudier l’histoire de l’île sous l’occupation allemande durant la seconde guerre mondiale
  • donner du sens à aux apprentissages (séquence pédagogique dédiée à ce séjour)
  • éveiller la curiosité et inciter à la mobilité
  • alimenter l’un des 3 thèmes du CCF d’anglais en Terminale : s’exprimer oralement sur une expérience liée à la culture d’un pays anglophone.

Devoir de mémoire au festival de la BD d’Angoulême

Cette année encore, les classes de la seconde Bac Pro maintenance des matériels, du lycée des métiers Blaise Pascal ont pu visiter le FESTIVAL INTERNATIONAL DE LA BD d’Angoulême, qui fêtait son 45ème anniversaire, avec le soutien de la Direction Culture de la Région.
Une sortie qui s’inscrivait dans le prolongement d’un travail pédagogique initié dans différentes matières dans l’établissement, et de l’exposition présentée par la Maison des lycéens Blaise Pascal : « La BD, petite histoire du 9ème art », à la médiathèque du lycée  jusqu’au 2 février.
Les élèves ont ainsi eu l’opportunité de voir les planches originales de la Bande dessinée : « Ma Guerre, de la Rochelle à Dachau » , à l’Espace mémoriel de la Résistance et de la Déportation de Charente.

Cet album de Tiburce Oger présente le témoignage de Guy-Pierre Gautier, son grand-père, survivant de Dachau, résistant engagé en 1943 dans la brigade « Liberté » des francs-tireurs et partisans de La Rochelle.
A travers les planches de la BD, les élèves ont découvert l’expérience vécue par ce jeune étudiant rochelais, entré en résistance contre l’occupant, les sabotages de voies ferrées, l’arrestation de son réseau avec les interrogatoires par la gestapo, la déportation avec le voyage infernal en wagons à bestiaux jusqu’à Dachau, et enfin l’apparition de la silhouette immense d’un GI américain qui annonce la fin du cauchemar le 30 avril 1945.
Ce récit sonne comme un devoir de mémoire.
Dans un tout autre univers, les lycéens ont ensuite pu se plonger dans le monde du Manga avec l’exposition Hiro Mashima, le créateur de la série, « Fairy Tail », dont 6 millions d’exemplaires de la série ont été vendus en France, mais aussi celle d’ Osamu Tezuka que l’on surnommait « le Dieu du Manga » au Japon.

Après cette riche journée, rendez-vous est déjà pris pour la 46ème édition du festival et un grand merci aux organisateurs de la sortie, Christine, Julia, Laurence et Yann !

Carnets de voyage : A la découverte de l’estuaire de la Gironde

Dans le cadre d’un projet pédagogique transversal et interdisciplinaire,  financé par la Région Nouvelle-Aquitaine,  les élèves de première et terminale CAP Maintenance des Matériels du lycée, ont eu l’opportunité mercredi 10 et jeudi 11 mai, de participer à une sortie pédagogique dans l’Estuaire de la Gironde.

Mercredi matin ils ont pu en premier lieu découvrir le pôle nature du parc de l’estuaire,  milieu naturel remarquable avec une étude des caractéristiques paysagères rares sur cette portion du littoral atlantique ( falaises calcaires, surface boisée de type méditerranéen, conches sableuses ), une présentation par le guide des richesses de l’estuaire de la Gironde : faune, flore, paysages… et un décryptage des fragiles écosystèmes estuariens ainsi que l’observation des métiers qui sont associés à cet espace naturel unique.

Les lycéens ont ensuite visité le phare de la Courbe et le musée du service des Phares et Balises. Il s’agissait à l’aide du questionnaire élaboré par Madame Fétiveaud de saisir l’importance de la signalisation maritime et d’étudier le trafic dans l’estuaire de la gironde. Ce fut aussi l’occasion de compléter leurs connaissances en matière de physique et d’optique avec en particulier l’étude des optiques de Fresnel.

Le Jeudi a été consacré à la visite du phare de Cordouan, et du parc zoologique de la Palmyre.

Ainsi les élèves ont pu découvrir le dernier phare en mer ouvert au public,  à l’embouchure de l’estuaire de la Gironde, estuaire formé par la confluence de la Garonne et de la Dordogne. Appelé le « Versailles de la mer « , le « Roi des phares », les lycéens ont été très impressionnés par l’architecture unique de ce monument historique avec sa chapelle et sa chambre du Roi. 

Cette belle journée s’acheva sur la visite du parc zoologique de la Palmyre.

Aux dires des élèves cette sortie pédagogique fut riche en enseignements et découvertes qui permettront de réaliser des carnets de voyage !

Histoire et Citoyenneté à La Rochelle

Lundi 10 avril, les élèves de la classe de première Bac Pro « Métiers de la Sécurité » ont participé à une sortie « Citoyenneté et Histoire à La Rochelle ».

IMG_6532

Le matin ils ont pu visiter, la maison du port autonome de La Rochelle, située à la Pallice.

Après une présentation de la grande maquette détaillant avec précision l’ensemble des infrastructures portuaires, ils ont pu ensuite découvrir toute l’activité du port de commerce, classé au 6ème rang français en tonnage de marchandises, 1er port européen pour l’importation de grumes et 1er port français pour l’importation de produits forestiers et pâtes à papier.

Ils ont ensuite pu aborder toutes les questions et aspects très particuliers de sûreté portuaire avec l’adjoint du Responsable Mission Sûreté du port atlantique de La Rochelle. Cet échange fut tout particulièrement apprécié par les élèves qui ont pu mesurer la spécificité de la sécurité sur un port autonome et la diversité des interlocuteurs (gendarmerie, police, préfecture, douanes, Sdis, sécurité privée etc….) et des tâches très variées afférantes à cette mission.

Vue-générale-De-Gaulle-La-Rochelle-700x350

L’après midi les élèves ont pu mieux appréhender la vie de La Rochelle sous l’occupation allemande avec la visite du bunker, siège de l’Amiral et des commandants de U-Boot pendant la Deuxième Guerre mondiale, qui fut construit en plein centre-ville dans le plus grand secret en 1941, rue des Dames.

 

Léonce Vieljeux

« Léonce Vieljeux, maire  de  La  Rochelle, résistant, mort en déportation »

Ils furent ainsi plonger dans un univers d’histoire et d’émotions, sur un parcours chronologique, de 280 m² d’authenticité, dans un site décoré de fresques resté miraculeusement intact depuis 70 ans, présentant à travers des centaines d’objets personnels et des scènes réalistes grandeur nature, la construction d’une base sous-marine à La Pallice, la Résistance à La Rochelle avec  Léonce Vieljeux….la déportation, ou encore le cinquième siège de La Rochelle avec le capitaine de frégate Meyer.

Meyer

« le capitaine de frégate Hubert Meyer  recevant la reddition du Vizeadmiral Ernst Schirlitz »  http://www.bunkerlarochelle.com

Ils ont enfin pu assister à une audience, au Tribunal de Grande Instance (TGI), à juge unique, avec des décisions rendues immédiatement après la fin des plaidoiries.

tribunal LR

Ce fut un complément « pratique » intéressant à leur formation magistrale sur le système judiciaire, et notamment le TGI étudié en cours par leur professeur de cadres juridiques.

Les affaires jugées relevaient de l’escroquerie , du vol  aggravé par circonstance de récidive etc….
Dans ses réquisitoires le procureur était très pédagogue puisqu’ il expliquait à chaque affaire , les différentes peines encourues (prison ferme, avec sursis, TIG -travaux d’intérêt général- , amende ….) et au final celle qu’il requérait. De même pour les plaidoiries des avocats.
 tribunal-de-grande_
Du sentiment de tous cela a permis de mieux comprendre le fonctionnement d’une audience correctionnelle et encore un grand merci aux professeurs, pour leur concours et implication dans ce projet et aux Responsables Mission Sûreté du port autonome pour leur accueil .

LUTETIA, 1945 – LE RETOUR DES DÉPORTÉS

Mercredi 18 janvier, les élèves de troisième préparation professionnelle ont pu voir une exposition créée en 2015, pour marquer le 70e anniversaire du retour des déportés, « LUTETIA, 1945 – LE RETOUR DES DÉPORTÉS ».

En 1940, l’hotel de luxe Le LUTETIA, est réquisitionné pendant l’occupation allemande de Paris, et abrite le siège de l’Abwehr (service de renseignements de l’état-major allemand). A La libération des camps en 1945, il devient le principal centre d’accueil en France des survivants de retour de déportation.
Au travers de panneaux d’exposition , d’objets, et de témoignages vidéos de déportés, de familles et du personnel d’accueil de l’hôtel LUTETIA, les élèves ont ainsi pu mieux appréhender l’arrivée des déportés en 1945 ; les réactions des témoins de l’époque ; la prise de conscience de la tragédie en France, l’accueil de survivants étrangers :  enfants juifs de Buchenwald ; Polonais ; Espagnols ; dont certains restèrent en France ; et enfin découvrir les témoignages de grandes résistantes comme Germaine Tillion ou Geneviève de Gaulle ayant survécu à l’univers concentrationnaire.

Un grand merci aux membres des Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (AFMD 17), pour leur accueil, et leur engagement à perpétuer la mémoire.

L’exposition est présentée du 16 au 21 janvier à l’hôtel de ville de Saint Jean d’Angély, et ensuite à Saintes, et Pons.