Des élèves en CAP « conducteurs d’engins » au lycée Blaise-Pascal ont rencontré les dameurs de La Mongie

Lorsque les skieurs de la station Grand Tourmalet-La Mongie (le plus grand domaine skiable pyrénéen) arrivent le matin sur les pistes toutes lisses et nivelées, sans bosses ni traces des skis de la veille, ils n’imaginent pas le travail considérable qui a été fourni durant la nuit précédente par l’équipe des 20 dameurs de la Mongie. Un travail considérable qui s’effectue le soir après la fermeture des pistes, de 18 à 22 heures.

Cet univers, 22 élèves en première année de CAP « conduite d’engins de travaux publics » du lycée angérien Blaise-Pascal ont eu la chance de le découvrir durant une semaine, du 5 au 10 février. La presque totalité d’entre eux ont découvert le ski, profitant de cours qui leur étaient dispensés par des moniteurs.

De formidables machines

Chaque soir après leur journée de ski, et alors que la station s’illuminait, les élèves du lycée Blaise-Pascal partaient, par groupes de quatre ou cinq, en qualité de copilotes à l’assaut du Tourmalet et des 100 kilomètres de pistes du domaine, à bord des douze machines de damage de la régie intercommunale.

Chaque soir, un programme chargé les attendait pour découvrir la conduite d’engins qui pouvaient dépayser : il fallait en effet remonter la neige descendue par les skieurs dans la journée, niveler les bosses, ramener de la neige sur les pistes, étaler les tas de neige… Et lorsque les pentes sont particulièrement raides, les chauffeurs amarrent leurs machines équipées de treuil en haut des pistes, le câble freinant la dameuse dans la descente et facilitant la remontée. Sensations garanties sur de formidables machines dont le prix d’achat unitaire est de 250 000 euros. Les anciens élèves qui ont découvert cette conduite sur des dameuses, voici trois ans, en parlent encore aux nouveaux lycéens.

« L’intérêt de cette découverte professionnelle tient dans la similitude des deux métiers de conducteurs d’engins et de dameurs », indiquent Jean Malpaux et Ludovic Picherit, deux des professeurs. Ils sont à l’origine de ce projet qui doit aussi beaucoup à l’implication du directeur de la station et de son équipe. « Bien sûr la plupart d’entre nous ont découvert le ski, un sport formidable. Mais nous sommes particulièrement enchantés de ce complément à notre formation. La conduite d’engins, c’est quand même notre leitmotiv », ont confié les élèves en chœur.

Le séjour s’est conclu dans la bonne humeur par une montée au Pic du Midi, la visite du musée de l’astronomie et l’histoire du Pic du Midi, et par une randonnée en raquettes au cœur du massif, encadrée par Valérie Maringues et Johann Juret.

« De l’avis de tous, ce séjour a été une vraie réussite, a conclu l’encadrement. Les élèves ont particulièrement remercié les enseignants à l’origine de ce projet associant sport, pratiques professionnelles et découverte de l’environnement ».

Commentaires clos.